Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 14:12

 

Le  3 mars a eut lieu en Grande-Bretagne une réunion de la puissante IFAB (International Football Association Board), seule instance habilitée à se prononcer sur les règles du football. A la rubrique « questions diverses », sous un libellé sibyllin que seuls les initiés savent décrypter, figure un sujet particulièrement litigieux, celui du port du hidjab islamique sur les terrains de foot, ce qui est contraire au règlement en vigueur.

Depuis deux décennies, en effet la République Islamique d'Iran fait pression sur les fédérations sportives internationales et le Comité International Olympique (CIO) pour que le port du costume islamique par les athlètes féminines soit accepté dans le stade.

Le CIO a déjà cédé

Dès 1996, aux JO d'Atlanta le CIO autorisait l'entrée dans le stade olympique de la première athlète en tenue islamiquement correcte, c’est-à-dire couvrant entièrement son corps. Pourtant l'article 51 de la Charte Olympique énonce que toute expression politique ou religieuse est interdite dans tout site olympique. En 2008 aux JO de Pékin quatorze délégations défilaient avec des femmes ainsi vêtues. L'athlète du Bahreïn, Rakia al-Gassra ne faisait pas mystère du caractère religieux de sa tenue. La débandade du CIO devant le chantage islamique  fait peu de cas du courage des glorieuses médaillées, la marocaine Nawal El Moutawakel et l'algérienne Hassiba Boulmerka qui ont bravé la menace des intégristes et ont couru, comme les autres, bras et jambes nus avec le costume règlementaire devenant ainsi des modèles pour la jeunesse de leur pays.

La FIFA a tenté de résister en se fondant sur son règlement

Invoquant la Loi 4 de son règlement sur l'équipement des sportifs, la FIFA refusera le port du hidjab et exclura l'équipe de foot féminine d'Iran de la liste des participants aux premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse à Singapour (août 2010).

Face aux menaces de représailles des pays islamiques le président de la FIFA se ravisera et acceptera un 'compromis' parfaitement hypocrite : les joueuses seront couvertes de la tête aux pieds, à l'exception des oreilles et du cou... ( même ce compromis ne sera pas respecté puisque les joueuses portaient un bonnet couvrant les oreilles).

Nouvel épisode, au printemps 2011, en Jordanie lors des épreuves qualificatives pour les JO de Londres. L'équipe d'Iran se présente à nouveau couverte de la tête aux pieds. Le représentant local de la FIFA décide de l'exclure. Nouveau scandale, les critiques acerbes venant de tous bords pleuvent sur la FIFA.

Notons, et ce n'est pas anodin, que les intérêts économiques en jeu, un marché de millions de costumes sportifs islamiquement corrects, et idéologiques, une tribune internationale pour les tenants de l'islam politique, sont considérables.

C'est alors que le vice-président de la FIFA, qui se trouve être un des frères du roi de Jordanie, organisera à l'automne 2011 un séminaire à Amman, avec la participation de médecins, de responsables sportifs et d'experts en tous genres.

La conclusion en sera que non, le hidjab n'est pas un signe religieux mais seulement un signe 'culturel', donc il n'est pas en infraction avec le règlement de la FIFA ! CQFD.

La FIFA s'empressera d'indiquer lors de la réunion de son Comité Exécutif à Tokyo en décembre, qu’elle a 'entendu' le message. La FIFA assure le secrétariat des réunions de l'IFAB, elle prépare l'ordre du jour et les motions soumises au vote...

La fin de l'histoire ?

La réunion de l'IFAB le 3 mars servira-t-elle à entériner la décision de la FIFA ? A moins que certains de ses membres aient un sursaut de lucidité en se rappelant les fortes paroles de Brian Barwick alors qu'il était membre de l'IFAB, sur la même question :

«S'il est juste de se montrer sensible aux opinions et philosophies des autres, il est tout autant nécessaire de fixer des règles auxquelles on adhère, et notre préférence va à la loi 4 »

Ni la politique ni la religion n'ont leur place dans le stade. Ce qui est en jeu ce sont les valeurs et l'idéal d'universalisme qui sous-tendent les règles sportives car la neutralité du sport permet la rencontre de la jeunesse du monde entier, au delà de ses différences.

Annie Sugier, Présidente de la LDIF (Ligue du Droit International des Femmes)

Anne-Marie Lizin, Présidente honoraire du Sénat Belge et membre de la LDIF

Linda Weil-Curiel, Secrétaire Générale de la LDIF

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Synergie Wallonie - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Synergie Wallonie pour l'Egalité entre les Femmes et les Hommes asbl
  • Synergie Wallonie pour l'Egalité entre les Femmes et les Hommes asbl
  • : Blog de l'asbl Synergie Wallonie pour l'Egalité entre les Femmes et les Hommes. Association pluraliste, Synergie Wallonie a pour but de promouvoir la cause des femmes par des activités valorisant l'empowerment des femmes et l'égalité femmes-hommes, en particulier dans les domaines de compétences de la région Wallonne, et cela, en collaboration avec toutes les parties prenantes (société civile, associations, administrations, centres de recherche, entreprises et institutions).
  • Contact

Inscrivez-vous à la newsletter!

Pour recevoir notre newsletter dans votre boite mail cliquez ici et inscrivez-vous.

 

Synergie sur Facebook

Catégories